Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Et beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Poufsouffle
& Préfet(e)



Vega R. Eastwood
Vega R. Eastwood
Messages : 46
Date d'inscription : 16/05/2015



Et beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥] Vide

MessageEt beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥] Empty
Jeu 22 Oct - 22:26
C-c-c-combooooooooo:
 


Il y avait les mauvaises journées, celles où on aurait mieux fait de rester sous la couette en mode burrito en attendant que ça passe.  Vega, elle venait de passer une très mauvaise journée.  La sorcière était bien connue pour être un tantinet soupe au lait et si elle faisait de son mieux pour se retenir et se contrôler, il lui en fallait peu pour passer en mode furie.  Et l’univers tout entier avait comploté pour tester ses nerfs en lui faisant passer une journée exécrable.

Pour bien commencer son  lundi matin, déjà rien que le lundi était une épreuve, la blonde préfète s’était réveillée plus si blonde que ça. Elle avait hurlé  devant la glace en découvrant que sa chevelure dorée avait mystérieusement viré au rose bonbon pendant la nuit. Rose Boursouf, pour être précise.  Un petit malin s’était imaginé que ça ferait une blague très amusante mais la sorcière ne la trouvait absolument pas à son gout. La jeune fille avait perdu un temps fou en essayant désespérément de retrouver sa couleur habituelle tout en fulminant ce qu’elle ferait au coupable quand elle mettrait la main dessus, au point d’arriver en retard à son premier cours. Elle, en retard ! Ca ne lui était jamais arrivé de toute sa scolarité et bien entendu, il fallait que ça tombe sur le cours de sortilèges où elle écopa, pour le coup, d’une magnifique retenue !  Mais pas question de donner la satisfaction au nabot qui leur servait de professeur et au responsable de ce crime capillaire de se terrer dans un coin pour le restant de la journée comme un veracrasse. La jeune fille avait serré les dents et gardé la tête bien droite avant de continuer à être charmante comme si de rien n’était.  N’empêche, les regards interloqués commençaient à lui peser sérieusement bien qu’elle mettait un point  d’honneur à fixer les curieux jusqu’à ce qu’ils détournent le regard.

Vega pouvait supporter la retenue injustifiée, elle pouvait même supporter la couleur de cheveux absolument grotesque – elle trouverait un moyen d’en faire la nouvelle couleur à la mode si cette saleté ne voulait pas partir- mais manquer la dernière part de gâteau au citron parce que son talon gauche s’était cassé au milieu du couloir, c’était la goute d’eau qui faisait déborder le chaudron !  Tout ce qu’elle voulait c’était s’enfermer dans la salle de bain des préfets avant d’exploser totalement et de pendre par les pieds la prochaine personne à lui adresser la parole. Si la poufsouffle était habituée à ce que l’on s’écarte de son chemin dans les couloirs, aujourd’hui ce n’était pas du à une quelconque admiration mais plus à de l’instinct de survie vu l’aura meurtrière qui s’émanait d’elle.  

Parmi la foule stagnante dans l’un d’entre eux, elle distingua très nettement la tête baissée d’une élève de Poufsouffle à la réputation bien peu flatteuse. Peggy Renner.  Sans doute la seule personne  dans tout le château qui pouvait hurler plus fort que la préfète, sauf que sa cadette utilisait plus ses cordes vocales dignes d’une banshee pour hurler comme si on l’assassinait.  Lamentable. La blonde s’arrêta immédiatement, coupée dans son élan, avant de tourner aussitôt les talons. Non, non et archi non ! Elle était ni d’humeur et n’avait ni le temps de subir une fois de plus le manège de cette fille.  Vega Eastwood ne s’enfuyait pas, elle faisait seulement demi-tour aussi vite que possible !  Elle eut à peine le temps de faire deux enjambées avant d’être frôlée par un trait rouge qui s’écrasa sur le mur. Un sortilège perdu, personne ne serait assez suicidaire pour viser volontairement la demoiselle.

« Qui a fait ça ? Qui fait de la magie dans les couloirs ?! »

Si c’était des jaunes, ils allaient se prendre le saxon du siècle, et si c’était d’autres maisons ? Leur enlever des points serait extrêmement thérapeutique ! Lentement, la préfète se retourna avec sur le visage un air entre la furie et la vélane en colère avant de foncer tête la première vers les futurs plus grand collés de l’histoire de l’école. Même si, au passage, elle se retrouvait à coté de la sa cadette qu’elle cherchait tant à éviter.  Son expression devait être tellement flippante que le silence se fit aussitôt. Problème : un des chahuteurs avait du être tellement surpris qu’il garda sa baguette en l’air et déjà le sortilège fusait. Au lieu de toucher ses amis, il alla, forcément, rebondir sur une armure pour percuter Vega de plein fouet qui se retrouva subitement dans le noir.

« Placardus » ... C’était quoi ça encore comme sortilège débile?!


ω She is the girl with a fairytale's face but her mouth screams like a wolf's.
Et beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥] 882774PREFET
Revenir en haut Aller en bas

Poufsouffle



Peggy Renner
Peggy Renner
Messages : 148
Date d'inscription : 11/01/2015



Et beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥] Vide

MessageEt beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥] Empty
Mer 4 Nov - 15:19

Parfois, Peggy flottait. Elle ne flottait pas vraiment dans les airs - quoi que ça pouvait lui arriver, à cause d'un fizzwizzbizz, un sortilège raté ou une farce qu'on lui aurait faite dans son dos - elle avait bien les pieds sur terre, elle était bien dans le même couloir et le même château que le reste des élèves, mais elle avait l'impression de flotter, et c'était bien agréable.

Peggy était assise le dos contre le mur. Elle était toute silencieuse, tout le monde l'avait oubliée, et elle avait comme l'impression de ne pas être là. Elle pouvait regarder toute à son aise le monde évoluer autour d'elle: il y avait des élèves qui passaient, des groupes d'amis qui discutaient entre eux, des élèves sérieux le nez dans un livre, des élèves qui semblaient fâchés, ou boudeurs, il y avait même quelques adultes aussi, et tous vivaient leur vie, suivaient leur chemin, allaient de droite à gauche ou de gauche à droite, pendant qu'elle, elle regardait, avec un livre dans les mains en guise d'excuse, qu'elle ne lisait pas, et dont elle n'avait même pas besoin puisque personne ne faisait attention à elle. Peggy souriait. C'était extrêmement reposant.

Elle n'aurait jamais su comment expliquer cette sensation de flottement à qui que ce soit. Elle trouvait souvent que les mots, c'était difficile : ils fixaient la réalité, ils ancraient les choses, ils les rendaient vraies, et réelles, et inévitables, et elle, elle avait toujours du mal à parler, parce qu'elle avait peur de ce qu'elle pouvait dire. Parler, c'était toujours commencer quelque chose. Et commencer quelque chose, c'était choisir - et perdre tous les autres commencements possibles qu'elle n'avait pas choisis. Parler, c'était un peu comme faire de la magie : la magie, c'était rendre vraie des choses qui jusqu'alors n'étaient que potentielles, et peu de monde se rendait compte que les paroles étaient elles aussi des formules magiques. Peggy aimait bien la magie. Peggy aimait bien parler, aussi - même si ça pouvait sembler surprenant. C'était juste qu'elle avait peur. C'était toujours beaucoup trop. Beaucoup trop de possibilités. Beaucoup trop de responsabilités. Elle n'avait jamais eu grand chose dans la vie, et soudainement on lui avait donné une baguette, une existence et une reconnaissance et on lui avait dit qu'elle pouvait faire tout ce qu'elle voulait. Mais alors vraiment tout. Elle n'osait pas.

Elle aimait beaucoup rester comme ça, détachée, en retrait, en-dehors du monde, assise à le contempler.

Mais tout d'un coup la réalité lui retomba brutalement dessus. Peggy était en train de regarder deux élèves faire des bêtises en rigolant grassement, avec un petit sourire, comme si elle ne faisait qu'observer un tableau et que rien de tout ça n'avait de conséquences. Et puis Vega arriva. Vega, avec une chevelure rose, un visage rouge de colère (ça n'allait pas bien ensemble) et l'envie furieuse de passer ses nerfs sur quelqu'un. Vega avait repéré les deux chahuteurs et s'était mise à crier avec des yeux qui pétillaient d'une lueur malveillante. Surtout, Vega l'avait repérée, elle - et rien qu'avec ça, elle avait traîné Peggy de force dans le monde réel, parce que Peggy était sur ses gardes maintenant, nerveuse, inquiète, anxieuse, paniquée presque, parce que Vega, elle ne l'aimait pas, et que Vega, elle serait contente de se passer les nerfs sur elle.

Et Peggy tremblait presque. Vega s'était rapproché d'elle, plus par obligation que par envie. Vega s'était mise à crier sur les deux autres élèves et puis - pouf! - comme ça! Les deux Poufsouffles s'étaient retrouvées enfermées, toutes les deux, dans un placard. Et Peggy regardait son aînée avec de grand yeux paniqués. Elle avait envie de pleurer.

Elle ne savait même pas pourquoi Vega lui en voulait. Vega n'était jamais contente d'elle. Vega n'était jamais gentille avec elle. Vega avait toujours quelque chose à lui reprocher. Toujours une occasion de lui crier dessus. Toujours une occasion de lui en vouloir. Heureusement que la préfète ne la pourchassait pas vraiment pour lui vomir sa fureur dessus. C'était juste quand elle en avait l'opportunité. Mais l'opportunité, elle l'avait souvent. Surtout que Peggy faisait beaucoup de bêtises. Et Peggy essayait, elle faisait des efforts parfois, mais Vega ne voyait rien, et ça ne suffisait jamais. Peggy ne savait même pas ce qu'il fallait faire, en fait. Peggy tremblait.

Et d'une voix tout aussi tremblotante que son corps, elle essaya. Il fallait bien tenter de contenir le dragon de Poufsouffle.

"B-bonjour."

C'était aussi faible et couinant qu'un cri de souris.

"Tes ch-ch-cheveux sont..."

Elle essayait de se montrer gentille.

"Très roses au-au-jourd'hui?"


Avatar de la part d'Ocean ~
Revenir en haut Aller en bas

Poufsouffle
& Préfet(e)



Vega R. Eastwood
Vega R. Eastwood
Messages : 46
Date d'inscription : 16/05/2015



Et beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥] Vide

MessageEt beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥] Empty
Jeu 31 Mar - 23:16
Non. Un mot, un seul mais qui résumait l’état d’esprit de la préfète à cet instant. Son esprit était bloqué là-dessus. Pas une litanie de non paniqués, juste un non, bref et sec de refus pur et dur. La blonde, à présent rose, tâtonna immédiatement dans l’obscurité jusqu’à trouver la poignée du placard et pointa sa calculette.

« Alohomora. Alohomora ! ALOHOMORA !  ALOHMORAALOMOHORAALOHOMORA !  OUVREZ CETTE PORTE IMMEDIATEMENT OU JE VOUS COLLE JUSQU'A VOTRE 88EME ANNIVERSAIRE ! »

Vega aurait sans doute eu autant de chance avec la stupide formule moisi moldue du sésame ouvre toi  car la porte semblait bien décidée à rester close. Plan B : si même la blague de l'homme qui rentre dans un café ne marchait pas, la préfète n’avait d’autre choix que de recourir au pouvoir de sa rage. Mais malheureusement, elle pouvait tirer de toutes ses forces, la porte ne bronchait toujours pas et restait définitivement fermée mais ça ne démontait pas Vega qui s’acharnait dessus malgré tout. Vega était de ces gens qui, face à un mur n’envisageaient même pas de contourner l’obstacle étant bien plus déterminés à l’abattre directement.

Les cliquetis de la poignée s’accélérèrent de plus en plus quand elle réalisa qu’il y avait quelque chose contre son bras, un quelque chose qui devait être un quelqu’un vu la taille de ce placard à balais.  Avant même que la gamine ait l’occasion d’ouvrir la bouche, Vega connaissait déjà l’identité de la deuxième personne. Forcément, l’univers était bien trop sadique pour ne pas l’enfermer avec la seule personne dans tout le château qui l’horripilait à ce point là, enfin très certainement à égalité avec Hopwar, bien entendu. Vega aurait pu le deviner rien qu’à sa simple respiration qu’elle trouvait déjà horriblement agaçante, fou comme un acte aussi innocent pouvait vous taper sur le système dans ce genre de situation. C’était à se demander qui avait le plus peur de l’autre vu que la blonde était prête à enfoncer la porte d’une seconde à l’autre à grand renfort de talons aiguille.

La voix mal assurée de la cadette s’éleva à nouveau, ou plutôt couina, combien de fois lui avait-elle dit de ne pas bredouiller comme ça, brisant la transe de Vega.  La rose avait l’impression de s’être pris un sot d’eau glacial sur la tête et tout son corps se raidit sur le coup.  Pardon ? Est-ce que, pour couronner le tout,  l’école venait de subir une autre de ses bizarreries –encore- où tout le monde marchait subitement sur la tête ?  Est-ce que Peggy Renner, la plus grande chochotte que ce château ait jamais porté, été en train de se payer sa tête ? A elle ?!

D’un geste quasi mécanique, Vega abandonna momentanément sa vendetta contre la porte pour porter son attention sur la petite brune à moitié coincée contre elle. Très bien, puisqu’ils voulaient la jouer comme ça, ils avaient gagné ! La charlatan de malheur inspira profondément avant de hurler à plein poumon sur Peggy, elle soupçonnait le placard d’être insonorisé sinon les autres crétins auraient certainement ouvert la porte s’ils avaient pu l’entendre : ça lui donnait au moins la possibilité de passer ses nerfs sans endommager sa précieuse réputation : Vega Eastwood savait toujours tirer le meilleur d’une situation, même celle-ci…

« NON MAIS  QU’EST-CE QUE T’AS ENCORE FICHU PEGGY ?! MERLIN C’EST PAS POSSIBLE D’ETRE AUSSI STUPIDE ! T’AS QUOI DANS LA TETE ?! DU JUS DE CITROUILLE ?!  TU TROUVES CA AMUSANT PEUT ETRE ? »

C’était beaucoup plus simple de trouver une responsable à blâmer et Peggy avait tout à fait la tête de l’emploi pour la Diogène avait un lus beau tonneau que toi.  Elle se fichait bien qu’elle ne laissait même pas la plus jeune répondre à ses questions ni même  que vu la taille minuscule du placard, elle lui criait directement dans les oreilles. En la secouant avec une force qui n’avait rien à envier au saule cogneur…


ω She is the girl with a fairytale's face but her mouth screams like a wolf's.
Et beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥] 882774PREFET
Revenir en haut Aller en bas

Poufsouffle



Peggy Renner
Peggy Renner
Messages : 148
Date d'inscription : 11/01/2015



Et beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥] Vide

MessageEt beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥] Empty
Dim 3 Avr - 20:34

C'était difficile, Vega, s'il te plaît, arrête, Peggy, elle peut rien faire, arrête, tu sais, tu n'auras rien, elle pleure, Peggy ne parlait pas mais Peggy pleurait, mais pas de façon gracieuse, c'était des sanglots, et des hoquets, la morve coulait de son nez, c'était silencieux aussi, un peu, entrecoupé, parce que Peggy hoquetait, Vega se rendait-elle compte ?

Elle occupait tout l'espace, elle le remplissait de sa colère et de sa fureur et de sa rage et c'était très étouffant, ça prenait à la gorge, c'était paralysant même et Peggy n'avait pas besoin de beaucoup pour finir paralysée alors arrête ça ne sert à rien tu lui fais du mal.

Vega devait s'en rendre compte.

C'était trop facile pour elle.  

Vega était en train d'écraser sa cadette.

Ce n'était pas juste avec ses mains qu'elle le faisait, c'était aussi les cris qui remplissaient le silence, les yeux fixés sur leur proie, le désir oppressant qu'elle avait de faire du mal à Peggy, Vega était partout parce que Peggy n'avait nulle part où s'enfuir, et ces situations étaient les plus dures à vivre pour la petite Poufsouffle, qui se disait qu'elle allait mourir, elle allait mourir, elle ne savait plus quoi faire, elle allait mourir. On ne l'avait jamais martyrisée ainsi, avant. Dans son orphelinat de moldu, Peggy était comme invisible, presque transparente, et Peggy disparaissait au moindre problème un peu grave, pour réapparaître n'importe où sans trop savoir comment, comme ça d'un coup, pouf, mais ici elle n'avait pas la magie pour l'aider, parce que la magie était partout, et parce que Vega était plus forte qu'elle.

Vega criait et Peggy n'arrivait plus à parler. Vega vomissait sa rage et Peggy la buvait, terrifiée, terrorisée, terrassée de l'intérieur par les intentions mêmes de son aînée, incapable de se défendre, incapable de s'enfuir, impuissante.

Et toujours enfermée dans les serres de la préfète, ballottée dans tous les sens, l'estomac se remplissant de la sensation acide du stress, Peggy se mit à vomir – littéralement ; Peggy déchargea tout son petit-déjeuner sur la préfète, tachant ses vêtements de grumeaux de gruau, noyant le placard dans une odeur infâme de jus de citrouille à moitié digéré, et puis Peggy tourna de l'oeil, s'évanouit, blanche comme un mort. Elle ne savait pas se défendre.


Avatar de la part d'Ocean ~
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé


Et beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥] Vide

MessageEt beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥] Empty
Revenir en haut Aller en bas

Et beh, c'était pas Narnia! [Peggy ♥]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Cinquième étage
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥