Être sorcier dans le Londres magique, c'est vraiment tranquille... Sauf lorsque trois frères, les Bumblebee, décident de révolutionner le monde magique en proposant trois idées qui s'opposent : révéler les sorciers aux moldus, intégrer les créatures à la société, ou tout laisser en l'état en se méfiant bien des deux autres. Le monde magique anglais est en ébullition à mesure que les trois candidats s'opposent, laissant un peu leurs charges respectives à l'abandon au profit de leur campagne. C'est ainsi qu'à Poudlard, un joyeux bazar règne souvent en l'absence du directeur, et que les créatures de tous poils envahissent peu à peu les villes sorcières pour le meilleur comme pour le pire !
poufsouffle
1189 pts
serpentard
918 pts
serdaigle
661 pts
gryffondor
612 pts

l'unité
203 pts
ligue des sorciers
223 pts

Caesius ▬ fondatrice retirée
Viridus ▬ administratrice
Kalev ▬ modératrice
Sloan ▬ modératrice
Flavian ▬ modératrice



 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Invité



Anonymous
Invité


Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Jeu 14 Mai - 21:38
Les Hauts de Merlin étaient un quartier résidentiel sorcier tout à fait respectable. On vivait entre gens de bonne compagnie là-bas ; on ne fréquentait pas n'importe qui. Il y avait une certaine tenue à respecter, un certain sens de l'honneur et des valeurs et des bonnes manières. Enfin, c'est ce qu'on en disait – April n'y avait jamais mis les pieds, et elle n'avait jamais eu besoin de le faire jusqu'à aujourd'hui. C'est qu'aujourd'hui, elle allait retrouver un ami pour lui faire découvrir son monde à elle, celui des moldus, celui du monde extérieur, du vrai.

Et, aussi inconsciente qu'insouciante des bonnes manières des Hauts de Merlin, elle était venue comme elle était. Sur une énorme moto pétaradante – l'une des moins modifiées de son atelier, juste assez pour entrer chez les sorciers. Avec un magnifique casque rose saumon et une veste en cuir noir. Elle avait mis de la musique, plus par amusement qu'autre chose : on ne pouvait pas vraiment écouter quoi que ce soit en roulant avec une moto, même en la mettant très fort, mais le simple fait que le constructeur ait pensé à rajouter cette option inutile l'intriguait assez pour qu'elle en mette quand même. Le monde moldu avait l'air un peu plus rangé et moins fouilli que le monde sorcier, mais ce n'était qu'apparences, et il fourmillait quand même de petits gadgets absurdes, axés sur la technologie plutôt que sur la magie, certes, mais la nature humaine restait la même.

Et c'est dans cet accoutrement moldu aux couleurs de son parti politique, les fesses confortablement calées sur une grosse moto criarde hurlant à pleines basses un tube de hard rock vintage (et pas dépassé), qu'April roulait paresseusement dans les rues du Haut de Merlin.

Elle allait bien retrouver l'adresse. April avait donné rendez-vous à Jaromir au cours d'une correspondance par hibou, et avait gentiment accepté de venir le retrouver devant chez lui, parce que l'idée de se donner rendez-vous devant une station de métro le terrifiait.

Elle en était plutôt contente d'ailleurs, ça lui donnait à voir des horizons nouveaux. Elle admirait les jolies maisons bien rangées et bien proprettes, et les immeubles imposants qui abritaient tant de sorciers. Ca faisait vraiment riche, comme quartier.

La jeune motarde arriva enfin à la bonne adresse, et voyant son camarade d'aventures, elle le salua d'un joyeux coup de Klaxon, avant d'enlever son casque.

« Hé, bonjour ! J'ai un casque pour toi ! Monte ! »
Revenir en haut Aller en bas

Ligue des Sorciers
& sorcier



Jaromir K. Moldavan
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015



Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Dim 31 Mai - 22:43

Calé dans l’un des immenses sièges du salon, Jaromir tournait paresseusement les pages du précis de connaissance moldue qu’il avait emprunté, tentant tant bien que mal d’assimiler le plus d’élément possible sur leurs cultures trop farfelues pour sa logique inébranlable de sorcier. Il avait emboité le livre dans un autre histoire que les yeux de sa mère ne tombe malencontreusement pas sur son titre plus qu’évocateur ; pour elle, son fils relisait pour une énième fois ‘Les Grands Evénements de la sorcellerie au XXe siècle’ –le tout premier livre sur lequel il avait mis la main en débarquant dans ce pays glauque et humide et qui avait été usé au possible jusqu’à ce que la bibliothèque se gorge et déborde-, quelque chose de tout à fait normal et habituel, voir quelque peu attendrissant de le voir plongé si rêveusement dans la nostalgie.

Tout de même, faire des cachotteries sur ce genre de chose à son âge, c’était aussi ridicule que de vivre encore dans la maison familiale. Mais le sorcier n’y pensait pas, concentré au mieux sur son livre tout en gardant une oreille attentive à tout signe de l’arrivée d’April –ce pourquoi il avait tiré à grande peine le grand siège près de la fenêtre donnant sur la rue, alors qu’il avait prétexté ‘vouloir profiter du soleil’, une excuse crédible vu son teint cireux. Il fallait que ce soit lui qui lui ouvre la porte, au risque qu’elle ne laisse échapper un détail fâcheux qui grillerait sa couverture. C’était déjà assez étrange qu’une fille se pointe pour lui, si en plus on savait que c’était pour sortir chez les moldus, ça ne finirait jamais d’en parler dans toute la maison.

Un ronronnement lointain remontait le long de la rue. Le noiraud releva le nez de son bouquin et se mit à guetter à travers le carreau. Mais plus le bruit s’approchait, plus il s’éloignait de ce qu’on pouvait qualifier d’un ronronnement. Ça ressemblait plutôt à ce qui avait suivit la rentrée de Jacobina un jour, revenue les poches pleines d’horreur venant de la boutique de farce, debout sur le pallier de sa chambre avec son sourire mauvais sur les lèvres. Rapidement, la pétarade progressant dans les Haut-de-merlin excéda largement le fatidique spectacle son et lumière de sa demi-sœur, tant que le sorcier sauta hors de son siège et sorti sur le pas de la porte.

Jaromir, comme trop souvent, semblait avoir vu un fantôme, mais la chose en face de lui n’avait rien de chimérique. Oh, il ne parlait pas de mademoiselle Solomon –il ne se permettrait pas de la qualifier de chose, tout de même-, mais de l’engin cacophonique qu’elle chevauchait, insouciante, comme si elle était sourde au vacarme qu’il vomissait dans toute la rue. Il fit un bon en arrière lorsque l’engin l’agressa.

« J’arrive, une seconde-- » s’époumona-t-il avant de disparaître à l’intérieur. Pour sûr, il aurait des comptes à rendre tôt ou tard, avec tout le quartier probablement ; il ne pouvait s’empêcher d’avoir une pensée pour Flavia Mantis dans la maison voisine, et un frisson d’horreur manqua de presser la nausée installée depuis qu’il avait posé les yeux sur la ‘monture’ d’April. Pire encore, après avoir attrapé sa sacoche –soigneusement préparée suite à l’étude assidue du monde moldu, dite étude qui avait quelque peu empiété sur la qualité de son travail au Ministère-, il tomba nez à nez avec la cheffe de maison, le toisant d’un regard désenchanté qui lui sommait de filer et vite, et qui lui laissait comprendre qu’il répondrait de cette mascarade à son retour.

Autant dire qu’il n’avait pas fière mine en revenant vers April, mais il ne dit pas mot à ce sujet. Il avait tout sauf envie de rester une minute de plus dans le quartier, surtout pas avec les visages qui fleurissaient à chaque fenêtre pour comprendre la raison de ce tintamarre, et encore moins de donner l’envie à April d’endoctriner sa mère avec les idéaux qui commençait à l’avoir, lui. Il boucla le casque qui peinait à contenir sa crinière. « Ce n’est pas très raisonnable de faire autant de bruit. » Un reproche qui perdait toute sa force à cause de sa mollesse et de la tentative de sourire du Sorcier. Peut-être que cette excursion n’était pas une si bonne idée, et qu’il serait plus raisonnable de juste retourner boire quelque chose, peut-être pas une bièraubeurre. Il tenta de faire comprendre le fond de sa pensée à la demoiselle par le regard, mais contrairement à sa mère, il ne semblait pas capable d’une telle influence, et il ne pu que soupirer en résignation. « Je dois… L’enjamber ? »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Anonymous
Invité


Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Dim 14 Juin - 22:48
Jaromir était là, devant elle, un peu impressionné par la moto rugissante que montait la rouquine. Il avait l'air de vouloir protester de l'étalage de sons et lumières tape-à-l'oeil et m'as-tu-vue que présentait la demoiselle, sans trop arriver à oser le faire, pourtant, ses protestations mollassonnes démenties par un sourire qu'il n'arrivait pas tout à fait à retenir. Amusée,  April fit taire la sono d'un mouvement du doigt, et les mélodieux hurlements de sa musique moldue s'évanouirent subitement en faveur d'un grand vide sonore, pour le plus grand bonheur des autres voisins. On n'entendait même plus les oiseaux. Ils s'étaient tous barrés à tire-d'aile.

April trouvait que son ami s'inquiétait pour un rien, tout de même, mais elle n'avait pas envie de le gêner non plus. La jeune fille n'en avait rien à faire du jugement du voisinage, et des regards assassins qui la fusillaient du haut des fenêtres, et elle restait plutôt aveugle au fait que Jaromir ne partageait pas vraiment son point de vue. Sa réputation ne l'inquiétait pas tellement ; elle avait mieux à faire, bosser sur sa moto par exemple.

« Je voulais te la montrer, » expliqua-t-elle, plutôt fière d'elle-même. « Je travaille sur des engins dans le genre dans mon atelier. Y'a quasiment rien de modifié sur la moto que j'ai ramenée, tu vois, juste le minimum pour me pointer dans les hauts-de-merlin et le monde magique, mais y'en a déjà bien assez pour attirer l'attention, hein ? Je la trouve admirable, leur invention. Et y'a tellement de bidules qu'on peut faire à l'aide d'un ou deux tours de magie ! Enfin, tu vois, le potentiel est énorme, et j'ai déposé un brevet pour l'exploiter. »

« Et y'a pas à avoir peur, elle est fiable, ma moto, tu vois ! » rajouta-t-elle après un instant.

Au regard qu'il lui adressait, Jaromir n'avait pas vraiment l'air persuadé par ses arguments – mais qu'importe ! Ils allaient bien s'amuser, et elle avait toute la journée pour arriver à le dérider. April lui souriait, adossé sur le guidon de son engin, sûre d'elle.

« Il faut l'enjamber, oui ! » s'amusa-t-elle. « T'inquiètes, elle va pas te manger. »

« Tu veux voir quoi dans le monde moldu ? » poursuivit-elle, se doutant bien qu'il avait dû potasser le sujet – April l'imaginait bien tenter de lire frénétiquement le plus de livres possibles sur le sujet, le front plissé sous l'inquiétude grandissante en lui.

« Enfin j'ai tout un programme de prévu. On peut voir des bars, des musées, faut qu'on fasse un tour dans le métro, aussi, je pense qu'on n'aura pas le temps de tout visiter en une seule soirée, mais on a de quoi faire quand même. Je vais te montrer à quoi ressemble Londres. Mais on devrait pas s'ennuyer, faut pas s'en faire, je gère la situation ! »

Et puis elle se mit à rire, en se redressant.

« Bon allez, on a assez parlé, ne passons pas la soirée plantés là ! Viens ! »

Et, joueuse, elle tourna la poignée et fit rugir la moto. Les oiseaux ne reviendraient pas de sitôt.
Revenir en haut Aller en bas

Ligue des Sorciers
& sorcier



Jaromir K. Moldavan
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015



Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Lun 15 Juin - 16:52

Jaromir resta subjugué par la facilité avec laquelle April avait fait taire la bête, sans un effort, presque gracieusement. Ses dires avaient beau n’avoir rien de rassurant, elle semblait savoir complètement ce qu’elle faisait, contrairement à bien d’autres inventeurs s’essayant aux engins moldus. Peut-être bien que sa ‘moto’ n’exploserait pas au moment où il se poserait dessus, aussi osa-t-il enfin l’enjamber, avec beaucoup plus de précaution nécessaire, mais si cela ressemblait à un petit pas pour le monde sorcier, c’était un –très- grand pas pour lui. « Je me suis un peu renseigné, mais ça ne parlait pas réellement des choses à voir. » ‘Un peu renseigné’ était plus qu’un euphémisme. Ses derniers passages en librairie ne tournaient qu’autour de ça, au point où il aurait sans doute épuisé le sujet d’ici la fin du mois. Il avait bouffé ouvrage sur ouvrage comme un boulimique et n’était pas près de s’arrêter, pas avant de connaître tout sur les moldus. Peut-être même qu’il pourrait trouver des livres là-bas pour étoffer son sujet de recherche, voir les moldus de leur propre point de vue. ‘Les Grands Evénements des Moldus au XXe’, quelque chose du genre devait bien se trouver. « Mais on ne peut pas passer à côté du métro, pour sûr ! »

Les rugissements de la moto le firent bondir et se cramponner à la rouquine, avant de la lâcher tout aussi subitement en cherchant un autre point d’accroche sur l’engin. En si peu de temps, il avait déjà oublié le vacarme que pouvait cracher la bête, tout comme les visages aux fenêtres qui grimaçaient en les observant descendre le long de la rue. « Je suis censé m’accrocher quelque part ? » cria-t-il presque pour se faire entendre sous les pétaradements. Heureusement que le casque lui couvrait les oreilles, sans quoi il ne donnerait pas chère de ses pauvres tympans, comme si tout le reste n’était pas assez chamboulé. Il cherchait quelque chose à empoigner, comme le manche d’un balais, sans jamais rien trouver sauf le guidon évidemment occupé par les mains d’April. « Elle marche à l’électricité ? » Il articula le mot comme s’il s’agissait du plus savant de son vocabulaire ; à vrai dire, le simple fait de lancer sa supposition le faisait se sentir comme un grand théoricien, ou un scientifique fort assuré et avide de connaissance. « J’ai lu pleins de choses là-dessus, j’ai vraiment hâte de voir ce que ça donne en pratique. » Sortir des Haut de Merlin et des regards désenchantés avait suffit à chasser ses doutes, à présent, il était aussi excité qu’à ses rentrées scolaires, trépignant presque à l’idée de voir toutes ces choses tellement farfelues et abstraites que son cerveau peinait à imaginer.
Il tentait au mieux de se remémorer la traversée de l’Europe de l’est en train, la titanesque gare de Munich et le dernier segment en direction de Londres ; c’était la partie la plus floue du voyage, car il était exténué par la journée de trajet et ses pensées assombries par les résultats décevant de ses examens, sans parler des chamboulements familiaux et du fait que ça remontait à plus de dix ans. Cette fois, il verrait Londres pleinement lucide, avec une guide, qui en plus se trouvait être April, avec lequel il s’entendait bien, ce qui rendait le tout doublement bien et surtout rassurant. « C’est très loin ? » Il commencerait probablement à geindre ‘on est bientôt arrivé’ en boucle. Le mélange entre l’appréhension et l’enthousiasme était insoutenable, sans parler de la moindre irrégularité dans le sol qui faisait sursauter l’engin –et lui, au passage, se rappelant bien rapidement que tout cela était bien amusant, mais tout de même un peu dangereux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Anonymous
Invité


Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Mar 23 Juin - 16:53
April s'était à moitié retournée pour regarder Jaromir, le visage amusé caché derrière la visière de son casque. Il avait l'air à la fois complètement perdu et très sûr de lui, énumérant son savoir sur le monde moldu comme pour se raccrocher à quelque chose de sûr. Elle n'eut pas le cœur de lui expliquer que l'électricité ne marchait pas bien chez les sorciers, et que c'était l'une des choses dont il fallait s'occuper en priorité quand on adaptait un véhicule – le plus simple étant toujours de remplacer tous les circuits par autre chose. Oh, et bien sûr que le carburant de la moto, c'était de l'essence. La moto électrique, on n'y était pas encore.

« Oui, il faut t'accrocher ! » cria-t-elle par dessus son casque et le moteur vrombissant. « Tu mets tes bras autour de moi ! Tu lâches pas. »

April n'avait pas vraiment l'habitude d'emmener des gens avec elle en moto. Le pied entre deux mondes elle n'avait pas souvent l'occasion de se faire des connaissance, et ses connaissances devenaient rarement ses amis. Les amis qu'elle avait savaient comment faire. April n'était peut-être pas la meilleure des professeures.

« A haute vitesse, quand on tourne, la moto se penche, okay, mais c'est normal. » continua-t-elle d'une voix claire. « Et je crois que c'est tout ! T'es prêt ? »

Et sans attendre la réponse elle se retourna pour fixer la route devant elle, prête à démarrer. April prit les deux bras de Jaromir et les plaça autour d'elle sans y penser plus que ça – elle ne faisait que lui montrer les gestes à faire – et puis elle fit vrombir sa moto, qui démarra gentiment, avant de soudainement prendre de l'allure. Et Jaromir qui semblait réticent à s’agripper ainsi à elle resserra brusquement son étreinte. Bien, il avait compris, pensa la jeune femme, en avançant dans les rues des Hauts de Merlin. Ils avaient adopté à une allure d'escargot, selon elle, la vitesse parfaite pour un nouveau – le monde sorcier n'avait pas de limitation de vitesse vu qu'il n'y avait pas de trafic, alors April suivait les lois des quartiers résidentiels moldus. L'avantage de la moto, c'était que même en se traînant à des vitesses réduites, on avait l'impression d'aller vite. L'ennui, c'est qu'on ne pouvait pas trop discuter. Mais ça laissait à Jaromir l'occasion de profiter du voyage.

Le paysage défilait gentiment. Les maisons rangées des Hauts de Merlin finirent par disparaître et le monde magique laissa place au monde moldu. C'était un peu la même chose, et c'était un peu différent. Il n'y avait pas de feux rouges dans les quartiers sorciers. Et la moto, qui avait roulé jusque-là, s'arrêta lentement pour attendre son tour.
Revenir en haut Aller en bas

Ligue des Sorciers
& sorcier



Jaromir K. Moldavan
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015



Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Sam 27 Juin - 1:40

Bien sûr que Jaromir s’était dit qu’il allait la toucher le moins possible –pas qu’il ait quelque chose contre elle, mais le simple fait d’enrouler ses bras autour d’elle lui avait déjà fait prendre la même couleur que son veston cramoisi, alors la serrer ? C’était la syncope assurée-, mais à peine l’engin eut-il pris un poil plus de vitesse qu’il s’était cramponné à April comme s’il n’allait plus jamais la lâcher, non sans se répéter tout bas qu’il allait mourir, ce que les pétaradées couvraient sans aucun problème. Il en oublia même sa gêne tant il était préoccupé par l’idée de rester en vie, et par toutes les choses qui lui restaient à vivre dans sa misérable vie avant de passer la baguette à gauche. Mais le sorcier n’eut d’autre choix que de s’habituer à ce moyen de transport bien plus éprouvant que le balais –peut-être même que le transplanage lui-même- et, au bout de quelques minutes, laissa sa camarade respirer un peu plus, seulement pour la serrer à la moindre irrégularité de la route et ainsi de suite. Le paysage sorcier et le paysage moldu n’avaient rien à voir, et pourtant, il ne remarqua pas la transition –probablement car il fermait les yeux à chaque fois qu’ils tombaient sur la route se déroulant ses pieds. Mais lorsqu’il les ouvra sur le Londres moldu, ils le restèrent, buvant le moindre détail sans jamais arriver à satiété, un sourire un peu ahuri sur les lèvres. C’était à en oublier ce qui l’attendrait à son retour. Ce qui se dressait devant lui, là, c’était …

Magique.

Et il rit en pensant à toute l’ironie que cela représentait.

- C’est incroyable !

April avait ralenti, leur permettant enfin de se faire entendre par-dessus le vacarme ; et encore, depuis qu’ils avaient quitté le territoire sorcier, d’autres engins les avaient rejoint entre les bandes blanches, et ils continuaient de ronronner même à l’arrêt. Logiquement, s’ils ne roulaient plus, c’est qu’ils étaient arrivés non ? Le sorcier s’apprêtait à enjamber la moto lorsque la lumière repassa au vert et que les autres engins se remirent en marche, l’un d’eux manquant de faucher sa jambe et l’obligeant à s’asseoir en amazone sur la selle, à nouveau agrippé à April comme si sa vie en dépendait –ce qui, compte tenu de sa position, était on ne peut plus véridique. Ce retour à la réalité brusque lui fit voir différemment ce qui l’entourait, non avec une pointe de crainte bien sorcière envers tout ce qui semblait pouvoir lui faire du mal de près ou de loin, en particulier les moldus.

- Mais qu’est-ce qu’ils sont malappris ! s’offusqua-t-il en critiquant du regard les passants s’affairant sur les trottoirs. J’espère qu’ils seront mieux élevés au métro.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Anonymous
Invité


Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Jeu 9 Juil - 16:55
C'était amusant de pouvoir profiter d'un feu rouge pour contempler le paysage – ce qu'April faisait rarement, et que le reste du monde ne devait jamais faire, préférant plutôt trépigner d’impatience derrière leur volant – cela permettait de mieux comprendre ce qui rendait le monde moldu si différent. Oh, bien sûr, April savait que la raison première, c'était la magie chez les sorciers, et la technologie chez les moldus. Mais cela se concrétisait par une multitude de petits détails, un poteau électrique ici, une affiche de magasin lumineuse là, des bouches à incendie, des passages piétons, et même un gros rouge bus à deux étages comme les anglais les aimaient. Le monde sorcier semblait être un curieux parallèle de ce paysage-là, à moitié perdu dans le passé, à moitié perdu dans une autre dimension. April aimait bien cet endroit. Elle se retourna pour voir si Jaromir regardait le paysage lui aussi, profitant des quelques secondes qui lui restaient avant que le feu ne passe au vert. Et elle écarquilla les yeux de stupeur.

Jaromir était effectivement émerveillé par le spectacle.

Il était en train de descendre de la moto en marche.

Mais il allait pas bien ou quoi ?

Les jurons silencieux d'April furent rapidement étouffés par le trafic qui se remit soudainement à rouler, le feu étant passé au vert. Elle n'avait d'autre choix que de rouler, elle aussi, pendant que Jaromir s'accrochait à elle au péril de sa vie, dans une position d'amazone qui devait être très inconfortable, et qui déséquilibrait légèrement la moto. April roula pendant quelques longs moments terrifiants avant de réussir à se garer quelque part sur le côté d'un trottoir.

Elle posa le pied au sol, et enleva son casque et regarda son passager.

« Mais, mais Jaromir, il ne faut pas descendre alors qu'on est en route ! » balbutia-t-elle.

Elle ne savait même plus quoi dire. April était sidérée, et se rendait peu à peu compte d'à quel point le monde sorcier était coupé du monde moldu. April avait toujours vécu entouré de sorciers comme Laertes, qui était né-moldu, ou Circe, qui avait vécu de longues années à barouder à travers le monde. Elle n'avait jamais rencontré de sorcier comme Jaromir auparavant, désespérément normal, et désespérément ignorant de ses voisins les plus proches. Ce n'était pas étonnant qu'il y ait des cours d'études des moldus à Poudlard. Ce n'était pas étonnant que ces cours racontent n'importent quoi la moitié du temps.

April regardait Jaromir avec des yeux ronds. Et puis elle se mit à rire. Il avait l'air cocasse, à s'agacer ainsi des codes de conduite dans un monde étranger, et elle avait besoin d'évacuer les frayeurs qu'il lui avait faites.

« Après tout, on peut marcher à partir d'ici, si tu veux. On est dans Londres. Y'a une station de métro pas loin, et on peut passer au fast-food avant ! »

Ce n'était pas tout à fait ce qu'elle avait prévu, mais elle n'avait pas peur d'improviser quelque chose dans l'instant si c'était plus simple. Ou, enfin, moins dangereux !
Revenir en haut Aller en bas

Ligue des Sorciers
& sorcier



Jaromir K. Moldavan
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015



Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Ven 21 Aoû - 14:32

A peine arrêté, Jaromir repassa sa jambe de l’autre côté de la moto, pas du tout en confiance avec la conductrice ou le sol sous ses pieds qui risquait à tout moment de s’échapper, même à l’arrêt.

- Mais nous étions arrêtés ! geigna-t-il en lui faisant les gros yeux, comme si c’était elle qui réagissait de façon illogique à la situation. Ils étaient arrêtés, depuis plusieurs secondes même, tout le monde ! N’était-ce pas logique descendre pour aller observer les merveilles moldues d’un peu plus près ?

Le sorcier était d’abord décidé à bouder sa camarade de voyage –un minimum au moins, pour montrer que c’était profondément humiliant de se faire sermonner par une jeune femme de six ans sa cadette, ou en réalité par n’importe qui. A croire qu’elle le prenait à nouveau pour un imbécile, et cette fois-ci la vexation l’emportait sur la crainte, ce qui prouvait au moins qu’une partie de lui les avaient déclaré comme suffisamment proche pour ne pas s’encombrer de paranoïa. Mais le rire de mademoiselle Solomon eut vite fait de faire transformer sa moue en un de sourire, d’abord un peu rancunier, mais inéluctablement franc. Il ne pouvait pas rester fâcher face à ça, voyons.

- Je crois que ça vaut mieux, oui.

Sans compter que la mention d’un repas avait réveillé son appétit, quelque peu coupé par le coup de peur et surtout endormit par le sens de l’aventure qui revenait peu à peu à la course. Même si à présent, le noiraud se tenait toujours légèrement en retrait par rapport à son guide et faisait bien attention de s’arrêter lorsqu’elle le faisait pour éviter tout incident fâcheux. Le nez en l’air, c’était beaucoup plus difficile de la suivre exactement, et peut-être bien qu’il lui buta légèrement dedans à quelques reprises, non sans une excuse ou un rire nerveux.

- C’est vraiment un tout autre monde. pensa-t-il à haute voix en détaillant les moldus qui marchaient dans le sens inverse avec un peu trop de curiosité pour ne pas être regardé de travers –après tout, lui-même était une curiosité avec ses cheveux et son accoutrement. La rousse passait plus inaperçu, mais cela ne le percuta même pas. Ça fait depuis longtemps que vous vous y intéressez ? Ça a dû être effrayant de passer le pas pour s’y installer- sauf votre respect, en arrivant à Londres, je n’ai pas manqué de mourir avant une bonne semaine –un incident de transplanage malheureux-, pas après avoir mis un pied dehors. Aucun livre ne peut vous préparer à ÇA.

Il leva le nez lorsqu’ils s’arrêtèrent une nouvelle fois, frappant la pointe de ses chaussures entre elle pour s’empêcher de trépigner. Le sorcier se doutait bien que la nourriture moldue ne devait pas être si différente de la leur, mais la seule idée d’y goûter ou d’entrer le rendait tout fou.

- Vous n’avez jamais eu d’accident dans ce genre d’établissement, n’est-ce pas ? Ou est-ce que je dois rester sur mes gardes ?

Il plaisantait, bien sûr, et ne pouvait contenir le sourire malicieux qui allait avec. Oh, il n’avait pas fini de remettre sur le tapis cet accro, à croire que même lui pouvait développer un sens de l’humour –encore terre-à-terre, mais l’effort restait louable.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Anonymous
Invité


Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Lun 11 Jan - 15:06
La poursuite de la promenade se fit plus tranquillement. Jaromir ne resta pas fâché bien longtemps, et l'émerveillement pris le dessus. Tout avait l'air nouveau pour lui, y compris les autres passants; et c'était plutôt rigolo de le suivre et de le voir s'ébahir de tout comme un petit enfant qui se tenait sage.

"Ca fait très longtemps, oui!"
répondit-elle, souriante. "Ma cousine était partie faire le tour du monde et m'envoyait des lettres où elle me racontait sa vie parmi les moldus. Et moi gamine, ça me faisait rêver, comme un monde exotique et différent, alors juste après Poudlard je suis allée vivre chez eux. Et en fait, tu sais, il y a beaucoup d'idées reçues sur les moldus, mais leur monde est cool."

La simple marche de la moto au fast-food le plus proche semblait avoir été remplie de découvertes pour Jaromir, et le fast-food en lui-même faisait naître encore plus de questions. Et April, avec un léger sourire, se dit vaguement que des sorties scolaires dans le monde molu, en fait ça aurait pu être une bonne idée. Elle poussa la porte - une grande porte à double battants avec l'immense arche dorée qui figurait l'initiale de l'enseigne - et rentra dans le restaurant avec Jaromir à sa suite.

"Nan, je n'ai jamais eu de problèmes"
répondit-elle avec un rire. "Les restaurants moldus font de leur mieux pour qu'il n'y ait jamais de problèmes, parce qu'avoir un problème, c'est la mort de leur business. Par contre..."

Et elle le regarda comme sur le ton de la confidence.

"Ils proposent trente mille sandwichs différents, mais à mon expérience c'est toujours un peu la même chose. Mais regarde, tout est indiqué là, prends en un avec un nom sympa, et ensuite on va voir le métro."


April se mit à faire la queue qui menait jusqu'aux caisses, les mains dans les poches. Elle était à l'aise dans cet environnement-là, rempli d'activité et d'agitation, tout lui semblait familier. C'était toujours amusant de penser que pour son camarade, leur simple sortie au fast-food était toute une aventure.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ligue des Sorciers
& sorcier



Jaromir K. Moldavan
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015



Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Ven 15 Jan - 0:14

Cool ? Jaromir n'aurait jamais pensé a affubler le monde moldu du mot  'cool' -pour être franc, il n'utilisait pas très souvent le mot 'cool' non-plus, dans sa bouche, ça le faisait sonner comme ces adultes qui essaient de se raccrocher à leur adolescence. Et pour être franc, Jaromir commençait à se dire que sa vie d'adulte serait finalement plus excitante que les plus horribles années de sa vie, alors faire penser aux gens qu'il voulait y retourner, hors de question ! Mais 'cool', à cet instant là, semblait être le mot approprié, parce que choisi par sa guide qui après tout s'y connaissait mieux.

« Fort bien ! » déclara-t-il en passant le pas de l'arche sans crainte, aucune -car même si sa remarque n'avait été qu'un petit trait d'humour nouveau-né, l'angoisse avait fourmillé au creux de son ventre après réflexion, et elle revint s'accrocher à ses tripes lorsque son regard balaya la tripotée de choix qui s'offrait devant lui. Il balbutia sans qu'un son ne lui échappe, ouvrant et fermant la bouche de la même manière que les poissons hors de l'eau -et pour être hors de l'eau, il l'était. L'établissement fourmillait de monde, pire que le chemin de traverse, mais diablement différent. La forte odeur de friture, qu'il n'apprendrait que trop tard s'accrocherait aussi bien à ses vêtements qu'à sa chevelure, l'alarme perçante qui émanait de bien au-delà des caisses, derrières des étagères métalliques qui camouflait à peine la véritable fourmilière qui s'affairait à être fidèle au 'fast' de leur proclamé 'fast-food', les sujets de conversation incompréhensible de quelques jeunes moldus qui lui jetaient de temps à autre un regard indescriptible: toutes ces choses ne lui étaient pas si étrangère, mais toute compressées ensemble au milieu d'autant d'agitation leur donnait un air totalement inédit qui affolait gentiment son cœur. D'intimidation, mais surtout de cette trépidante excitation qui tenait bon malgré les quelques précédents accrocs: de loin pas les pires de toute son existence, et surtout avec en plus une récompense à la clef. C'était … C'était comme enfin ressentir cet émerveillement d'enfant dont tout le monde parlait et qui lui avait été si refusé toute sa vie.

- Votre commande monsieur.

Le retour à la réalité lui fit l'effet d'un transplanage raté. La file qui paraissait kilométrique avait fondu comme du beurre devant lui- le sorcier n'avait même pas cessé de suivre le mouvement durant sa rêverie, mais la mine aggravée de la caissière -ses cheveux se rebellaient contre la tyrannie de sa queue de cheval d'une manière qu'il pensait uniquement possible chez les Moldavan, à s'en demander s'il ne venait pas de découvrir encore une autre cousine, et son badge gratifié uniquement d'un 'Samantha' ne l'aidait pas à éluder ses doutes- lui soufflait qu'il était resté suffisamment longtemps la tête dans les nuages pour qu'elle ait à se répéter plusieurs fois. Il trébucha sur ses mots et lança un appel à l'aide silencieux à April, pas qu'elle puisse réellement le sortir de ce cauchemar social. Non, ça n'était que lui et une décision rapide qui l'en sauverait- ou un éclair de génie.

- La même chose, merci. Il se congratula mentalement et couronna son mérite d'un sourire tout en extirpant son porte monnaie de sa sacoche alors que la femme annonçait le montant affiché en lettre verte devant lui.

La dénommée Samantha observa sa paume pleine de gallions, dépitée, puis releva ses yeux semblant avoir vu d'innommables évènements dont une jeune femme de son âge n'aurait jamais dû être témoin, son expression se déformant de la perplexité à l'agacement confus, et laissa échapper une poignée de mot plus significative que les plus sages paroles.

- What the fuck-


Il sortit de l'établissement avec une petite mine sur son pauvre visage trop habitué à voir cet air tirer ses traits. Même avec son sandwiche chaud entre ses mains, la victoire ne semblait pas être au rendez-vous dans son humeur. « Si j'avais su- » Une plainte agonisante s'étira dans l'air alors qu'il enfouissait son visage dans ses paumes -et l'emballage du sandwiche par la même occasion. « Je suis navré- Je n'y ai pas pensé une seconde, quel crétin- humiliée devant tout le monde ! » Un peu plus et il trahissait tout le monde magique -probablement pas, mais même ! N'avait-il pas une once de bon sens ? Les moldus, payer avec des gallion, et quelle autre idée farfelue avait-il encore ? Il valait mieux qu'il se garde de dire ou faire quoi que ce soit pour la suite des opérations. April vivait là, après tout ! Il venait sans doute de lui mettre la honte de sa vie dans un établissement qu'elle fréquenterait encore et encore, alors que lui n'oserait plus y pointer le bout de son nez. Peut-être même devrait-il simplement renoncer à continuer et ne plus prendre un pas de plus. Ça devait être agaçant de traîner un sac de bourde avec soi, et la jeune femme devait probablement continuer uniquement par politesse.

Alors il s'arrêta, fut bousculer plusieurs fois avant d'enfin reculer jusqu'à ce que son dos touche une devanture.

- Vous n'êtes pas obligée, vous savez. Il ne fixait même pas ses pieds, craignant d'apercevoir ceux d'April dans son champ de vision. De continuer, je veux dire. Je ne vous en voudrait pas-- je ne me permettrais pas.

Ha, le vouvoiement ne voulait décidément par le lâcher, mais c'était plus fort que lui, surtout après un tel fiasco. Jaromir n'était tout compte fait pas taillé pour les expéditions, à croire qu'il avait raison de ne jamais avoir tenté de partir à la recherche de son père. Quoi que s'il avait malencontreusement été dévoré par un dragon en roumanie, il ne serait pas en train d'importuner la sorcière, et ce serait bien mieux pour eux-deux. Quelques secondes d'émerveillement stupide ne valait pas de faire perdre son temps à autruis.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Anonymous
Invité


Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Ven 5 Fév - 18:08
Jaromir avait le don de transformer tout son entourage en un spectacle nouveau - il avait l'air d'un petit enfant, ou d'un touriste perdu, émerveillé par la plus banale des caractéristiques du monde dans lequel vivait April. Il avait l'air de vivre une aventure immensément riche de découvertes. Et pendant que Jaromir s'extasiait à contempler le monde, April s'amusait à regarder Jaromir. Elle non plus, elle ne s'ennuyait pas un seul instant.

Il s'était à peine rendu compte que la queue l'avait porté jusqu'aux caisses, et il s'était retrouvé complètement démuni devant la caissière revêche, commandant au hasard la même chose que sa guide, avant de vider son porte-monnaie avec l'air incroyablement satisfait de l'homme qui venait de comprendre ce qu'il fallait faire. Et il avait payé en gallions. Et devant son erreur il s'était enfui, rejoignant April qui s'était sagement mis en-dehors du chemin de la foule.

Les deux sorciers se retrouvèrent dehors, leur déjeuner à la main. C'était une victoire, mais Jaromir n'avait pas l'air de cet avis. Il se lamentait sur son sort et sur sa bêtise, comme s'il sortait d'une tragédie. Il présentait ses plus plates excuses à la jeune rouquine. Il lui proposait de s'en arrêter là pour ne pas achever de l'embarrasser au milieu de ses pairs. Et April... April faisait une drôle de tête.

Une sorte de grimace. Elle se mordait les lèvres, elle essayait de retenir quelque chose, il y avait des larmes qui perlaient presque à ses yeux, elle avait l'air d'un ballon sur le point d'exploser. Et puis soudainement elle ne tint plus, elle se mit à rire.

April se bidonnait comme une baleine. C'était juste trop drôle! Le fast-food, la scène, la caissière et sa tronche dépitée, et Jaromir, et tout en fait! Il était juste trop drôle ce type. C'était pas particulièrement sympa comme pensée, mais c'était vrai. On se croirait au théâtre.

"T'aurais du voir sa tête!" articula-t-elle avec difficulté. "C'était juste trop ridicule! Elle était là, avec, avec ses grands yeux, devant les gallions, et, elle avait rien compris à sa vie sur le moment, et-" et April repartit dans un long éclat de rire qui devait laisser Jaromir complètement perplexe.

April resta là sur place pendant un long moment, à rire, incapable de faire autre chose.

"Tu avais juste l'air d'un touriste, tu sais,"
reprit-elle enfin.

"Tu avais l'air perdu - c'est bizarre pour les moldus, mais c'est pas très grave. Tu t'es pas humilié." répondit-elle, tentant de le rassurer, sans avoir vraiment saisi ce qu'il avait dit plus tôt - April ne s'était pas du tout sentie humiliée, ce n'était pas elle que la caissière avait dévisagé d'un air mauvais comme un crapaud dévisage une mouche.

"Et puis on a eu notre déjeuner. J'ai même récupéré les frites et le soda que tu avais oublié en chemin."

Son accès de fou rire s'était calmé, et April s'inquiétait un peu. Il ne fallait pas que Jaromir se sente mal à l'aise quand même - même si clairement c'était une bonne chose de le tirer un peu plus souvent hors de chez lui. La moindre erreur semblait le mortifier jusqu'au plus profond de son être. Il fallait qu'il se rende compte que c'était pas grave, et surtout qu'April lui en voulait pas - quand elle était fâchée, le monde le savait bien vite, après tout - sinon, Jaromir allait passer la journée à s'inquiéter. C'était dommage.

"T'inquiètes pas? C'est pas grave. On mange et on continue s'tu veux." fit-elle avec toute l'étendue de ses talents diplomatiques. La mécanicienne lui tendit son déjeuner.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Ligue des Sorciers
& sorcier



Jaromir K. Moldavan
Jaromir K. Moldavan
Messages : 106
Date d'inscription : 15/03/2015



Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Mar 9 Fév - 18:47

L'éclat de rire de la jeune sorcière précipita toute sorte d'émotions contradictoires dans sa tête, et ce n'était pas sans lui faire revivre moult flashback de ses années d'études à Durmstrang -Jaromir avait toujours été un comique malgré lui: on ne riait pas avec lui, on riait de lui, en pointant son doigt et en frappant sur les bureaux heureusement robuste de la classe. Tous les élèves de sa volée étaient connus pour se taper des barres de rire magistrale au dépend de Moldavan -le-maigrichon, et maintenant c'était au tour d'April. Il baissa tristement le nez vers leurs chaussures, ratant lamentablement une tentative de ne pas paraître trop misérable, mais releva la tête dès que la rouquine essaya d'articuler quelque chose entre ses gloussements. « Sa tête… ? » répéta-t-il du bout des lèvres, encore perdu. A y repenser, il était vrai que l'expression de la pauvre caissière était un numéro en elle-même: rarement avait-il vu autant de confusion, dépitation, et dégoût général du sens de l'humour de la vie simultanément sur le visage d'une personne -sauf peut-être sur celui de quelques autres employés du Ministère et, il fallait l'avouer, le sien lorsqu'il surprenait son reflet dans une devanture en rentrant du travail. L'hilarité finit par le contaminer avec un peu plus de modération, mais assez pour l'obliger à s'essuyer les yeux -à moins que ce soit le soulagement de savoir que sa comparse ne se moquait pas de lui.

- C'est un peu ce que je suis, oui.

Avec son air paumé et son accent à faire trembler tout imitateur de Dracula, pour sûr il avait tout du touriste. Peut-être bien que le secret du monde magique n'avait pas été compromis du tout au final. Tout s'arrangeait sans avoir besoin de faire quoi que ce soit, et le sorcier commençait gentiment à retrouver son appétit maintenant que son estomac n'était plus énoué. « Ça m'irait parfaitement. Merci. » souffla-t-il en réceptionnant tout ce qu'il avait oublié dans la panique; beaucoup plus que ce qu'il avait l'habitude de manger, les jours où il n'oubliait pas qu'il ne pouvait pas juste vivre en buvant uniquement tasse de thé sur tasse de thé. Son style de vie laissait drastiquement à désirer pour un adulte responsable. A y repenser, même April semblait s'occuper mieux d'elle-même, mais il ne pouvait pas se laisser à une nouvelle crise mélodramatique. Rien qu'une gorgée ne pouvait rincer de son esprit, surtout lorsqu'il fut assailli par la douceur écœurante de la boisson. Pas qu'il n'ait jamais rien bu de doux, mais ça, ça battait tous les records d'étrangetés, surtout avec le reste de leur repas. Mais rien d'insurmontable, même pour lui.

- Vous savez, je suis tout de même content d'être là.

Malgré les automobilistes fou, la gastronomie absurde et limite agressante et le regard insistant des moldus qui passait devant leur duo. La part d'émerveillement, et la bouffée d'air frai de tenter quelque chose de nouveau après quinze ans de stagnation totale réussissait à équilibrer un peu la balance, et surtout la présence rassurante d'April à ses côtés.

- Ou d'être avec toi --vous. Enfin- je me comprend. C'est quelque chose auquel je pourrais m'habituer, je crois-

Le sorcier n'était pas sûr de pouvoir en dire de même pour le Londres moldu et tous ses dangers, mais tant que sa guide était à ses côtés, il avait au moins l'impression de pouvoir y survivre temporairement. Ou y succomber de la moins pire manière qui soit.

- ENFIN. Il devait changer de sujet avant de continuer à penser à haute voix et a embarrasser sa bonne amie -si il avait déjà le droit de la considérer comme tel ? Elle l'avait sortit de tellement de pétrin imaginaire jusque-là après tout. Ce métro, il va nous emmener où ? Vous l'avez souvent pris ? Est-ce qu'il me faut de la monnaie moldue ?

Autant profiter du repas pour planifier ça, histoire d'éviter le maximum d'embrouille dans le futur.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité



Anonymous
Invité


Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Dim 28 Fév - 17:28
April avait parfois l'impression de vivre au milieu de tout plein de gens cocasses qui se prenait très au sérieux, comme une sorte de comédie théâtrale. La connaissance monde sorcier faisait ressortir toutes les absurdités du monde moldu, tout comme la connaissance du monde moldu donnait un air ridicule au monde sorcier. Les hamburger-frites du fast-food étaient une autre normalité culinaire que les sorciers ne connaissaient pas, et Jaromir devait vivre un gros choc culturel. Il n'avait pas l'air dans son milieu. April souriait. Elle avait vécu ça, elle aussi, quand elle avait débarqué dans le monde moldu avec ses idées reçues, ses gros sabots, et son enthousiasme débordant. Elle avait fini par s'adapter, avec le temps, elle avait l'impression d'avoir un pied dans chaque monde, maintenant, et de ne jamais vraiment être chez elle d'un côté ou de l'autre du secret magique – qui à ses yeux n'aidait personne. Mais tout ça ce n'était pas l'essentiel. Bien sûr, c'était très important de faire comprendre à la société sorcière toute l'importance du projet politique des SAUMONs ; mais April était juste heureuse de pouvoir faire découvrir son monde à un nouvel ami. Elle était heureuse de se sentir un peu moins seule.

« Je suis contente moi aussi, » répondit-elle, amusée, entre deux bouchées de hamburger.

Jaromir, de son côté, avait l'air de vouloir connaître les détails de leur futur périple en métro avec tout l'enthousiasme de quelqu'un qui pratique la fuite en avant. Amusée, et un peu confuse, April se mit à lui répondre. C'était un sujet qui lui plaisait bien, les métros. C'était une très chouette invention moldue, et le métro de Londres était formidable, c'était presque une attraction touristique à lui tout seul. Jaromir allait sûrement trouver ça très intéressant.

« Ca nous amène où on veut dans la ville ! »
expliqua-t-elle joyeusement. « Les moldus ont creusés des tunnels sous la ville, et ils y ont fait passer des trains, qui s'arrêtent régulièrement, à chaque station, où il y a un escalier pour remonter à la surface et se promener dans Londres. On peut aller voir les musées et la culture des moldus grâce à eux, on peut aller voir les parcs, on peut aller n'importe où, et ça nous évite la circulation et les voitures. »

C'était très clair, tout ça. « Tu vas voir, avec un plan, on comprend tout de suite ! »

Et April sortit un plan de sa poche, avant de le déplier, encore, et encore, pour révéler une carte qui ne ressemblait à rien d'autre qu'un enchevêtrement de fils colorés, parsemés de perles blanches, un peu comme une assiette de spaghettis qui avait tournée, ou ce qui restait des pelotes de laine de grand-mère après le passage du chat. La sorcière semblait trouver tout ça très clair, et s'y repérer avec aise.

« Regarde, on est là ! » fit-elle, en posant son doigt sur le plan. « Alors ça ne montre pas tout, c'est clair, il y a pas le réseau de bus par exemple, mais le métro est assez grand pour qu'on n'ait pas besoins de prendre un bus, ça sera pour une autre fois – il y a plein de choses à voir dans cette ville, et les promenades en haut des double-deckers c'est super sympa – on essayera si on a le temps – enfin bref, je m'égare. »

« On va faire simple, on peut aller commencer par aller là, ou par là. »
Elle indiqua deux destinations du bout du doigt, traçant le trajet d'un geste.

Et puis elle regarda Jaromir, l'air de réfléchir, ou de s'interroger. Qu'est-ce qui lui plairait le plus ? Il ne pouvait sûrement pas savoir quoi faire.

« J'te propose un musée, d'abord ? » conclut-elle après un court instant de silence. « Si ça te va, on y va ! Et t'inquiètes pas, j'ai les sous et les tickets d'entrée. »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé


Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Vide

MessageHighway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan Empty
Revenir en haut Aller en bas

Highway to Hell - Jaromir Kermit Junior Moldavan

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
WIGGENWELD ! :: 
 :: Le Londres moldu
-
Vote pour WW parce que tu l'aimes ♥